« Et puis, Paulette… » de Barbara Constantine

L’histoire : Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et cela ne le rend pas particulièrement heureux. Un jour, après un violent orage, il propose l’hospitalité à sa voisine dont le toit de la maison a été détruit pendant la tempête. De fil en aiguille, la ferme se remplit: un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…

La critique Nelfesque : J’ai beaucoup de tendresse pour les personnes âgées. Des souvenirs d’enfance, entourée de ma grand-mère, arrière grand-mère et arrières tantes remontent souvent à la surface. Alors quoi de mieux d’un roman tel que « Et puis, Paulette… » pour retrouver ces doux moments en lecture et tout ça au meilleur endroit qui soit: en vacances chez mémée!

Barbara Constantine est une auteure que j’aime beaucoup. Avec des mots simples, des situations de la vie de tous les jours, elle arrive à livrer une émotion profonde à ses lecteurs. La simplicité et la douceur de vivre, on les retrouve dans ce roman ci. Très vite, on s’attache à Ferdinand et à sa petite communauté peu commune qui se constitue petit à petit. Le genre d’initiative qui serait bien utile dans la vraie vie pour combler la solitude et continuer à vivre dans la joie et ce même après un certain âge. Trop de nos « petits vieux » vivent seuls, aigris, sans lien avec l’extérieur… « Et puis, Paulette » redonne foi en un avenir meilleur pour nos anciens et nous même dans quelques années.

Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, avec leurs manies, leurs folies mais aussi leurs fêlures. Les soeurs Lumière, deux « presque soeurs » (l’une est la belle soeur de l’autre), de plus de 80 ans ont passé toute leur vie ensemble et m’ont particulièrement touchées. J’aurai voulu les prendre dans mes bras et leur dire que tout allait bien se passer, mamies… Mais c’est Barbara Constantine qui l’a fait à ma place en les faisant intégrer la ferme du bonheur. Un endroit où solidarité et prévenance animent les coeurs.

Vaincre la solitude en se regroupant c’est bien mais ça engendre des situations cocasses qui ne laisseront pas le lecteur de marbre. Avec 2, 3, voir 5 petits vieux dans une même maison, la logistique doit suivre! C’est 5 fois plus de médicaments à distribuer dans les semainiers, des comptes à entreprendre pour se répartir les charges, des tableaux à compléter pour les tâches ménagères… et de bonnes tranches de rigolade!

Mais, ne vous y méprenez pas, Barbara Constantine n’a pas fait de son oeuvre un roman culcul où tout le monde est beau et gentil, tout le monde s’aime, bisounours et compagnie. Il est aussi question de la vieillesse, de la maladie, de la mort et de souffrances psychologiques telles que l’absence, la tristesse et la solitude. Tant de sujets inévitables quand la vie est plus longue lorsque l’on regarde en arrière. On rit certes mais au détour d’une page la larme peut faire son apparition. Comment continuer de vivre lorsque l’être aimé s’en est allé? Comment ne pas être nostalgique des moments passés avec ses petits-enfants quand on les voit trop peu souvent à son goût? Mais que voulez-vous ma bonne dame, c’est comme ça, les jeunes, ils ont leur vie aussi…

Je vous conseille la lecture de ce roman qui se lit très rapidement et qui laisse au lecteur un sentiment doux-amer une fois terminé. Le sentiment d’avoir passer un moment hors du temps où la douceur de vivre et la simplicité prévalent sur la frénésie et l’égoïsme de notre époque mais aussi une indéniable nostalgie d’un temps révolu qui noue la gorge. Longue vie à nos mamies à blouse!

Et puis, Paulette… Je vous laisse la découvrir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s